A New Becoming
Toronto, Ontario
1 of 3
Previous
NEXT
EnglishFrançais

Everything is either a miracle or it’s not. Non-miracles are all the same, but all miracles are miraculous in their own way.

Laika’s third day on Earth was just as transformational as the first two. But, in its own way, it was also utterly different from what she could have expected.

In the morning before the teacher came in, Laika tried to express to the children how she’d come to study Earth’s life systems, but that now heart stirrings overcame her in waves.... The children sprang to life with chatter about how pollution was killing the Earth systems. One little girl whispered, “We are scared to die, that all the plants and animals would die too, and that it would destroy the ozone layer so the heat would melt our houses down.” Laika couldn’t imagine what could cause this destruction! The children shouted, “People! People hurt Earth without noticing!” This thought was so twisted and weird to Laika that she had to go for a walk.

 

Out in the morning drizzle, Laika found a Frog who had been forgotten on the sidewalk. Frog seemed so out of place sprawled out on the cold brick that Laika spontaneously reached out and all of a sudden Frog and Laika were one! They made a new face and Laika saw with new eyes. New thoughts guided Laika to the shore, where frog swam away in her natural home.

 

“What just happened?” Laika was frozen in tingly thought. She was Laika but different. She saw with her own eyes, but they were influenced by Frog’s eyes. “What if I could become one with the ocean, too?” Then Laika realized a very great thing: she was one with the ocean and the frog and the children, and she always had been. Laika existed because everything else did. No one could ever be alone.

 

This thought rose like a great ocean within her. She had no idea how long she stood with the water. It seemed like a blink of an eye, and when she continued on her journey, the ruby streaks of sunset reached out to her.

Tout est miracle ou pas. Les non-miracles sont tous les mêmes, mais tous les miracles sont miraculeux d’une manière qui leur est propre.

Le troisième jour de Laika sur a Terre fut tout aussi transformationnel que les deux premiers, mais d’une manière très différente de ce qu'elle aurait pu attendre.

Dans la matinée, avant que le professeur n’arrive, Laika tentait d'expliquer aux enfants comment elle en était arrivée à étudier les systèmes de vie Terrestre, mais que désormais elle était submergée par des vagues d’émotions. Les enfants s’animèrent et se mirent à bavarder sur la façon dont la pollution tuait les système de la terre. Une petite fille chuchota, "Nous avons peur de mourir, que toutes les plantes et les animaux meurent aussi et que cela détruise la

couche d'ozone et que la chaleur fasse fondre nos maisons." Laika ne pouvait pas imaginer ce qui pourrait causer cette destruction! Les enfants crièrent, "les Gens ! Les gens abiment la Terre sans s’en apercevoir!" Cette pensée était tellement tordue et étrange pour Laika qu'elle du partir se promener.

Dehors dans la bruine du matin, Laïka trouva une Grenouille qui avait été oubliée sur le trottoir. La grenouille semblait tellement désorientée affalée sur la brique froide que Laïka lui tendit la main et tout d’un coup Grenouille et Laïka ne firent plus qu’une. Elles avaient un nouveau visage et Laïka voyait avec des yeux neufs. De nouvelles pensées guidèrent Laïka jusqu’au rivage d’où Grenouille partit rejoindre à la nage son habitat naturel.

"Qu'est-ce qui vient d’arriver ?" Laika était parcourue de pensées qui la faisait frissoner. Elle était Laika mais différente. Elle avait vu de ses propres yeux, mais ils étaient influencés par les yeux de Grenouille. "Et si je pouvais ne faire qu’un avec l'océan aussi ?" Alors Laïka réalisa une chose extraordinaire : elle était un avec l'océan et la grenouille et les enfants et elle l’avait toujours été. Laïka existait parce que tout le reste existait. Personne ne pourrait jamais être seul.

Cette pensée se dressait comme un grand océan en elle. Elle n'avait aucune idée de temps qu’elle passa dans l'eau. Il lui semblait que cela ne fut que le temps d’ un clin d'œil, et quand elle reprit son voyage, les stries rubis du coucher du soleil était déjà hors d’atteinte.